1) Les particularités de l'Islande.

 

 

 1) Les particularités de l'Islande.

 

        L’Islande résulte de l’activité d’un point chaud et de la dorsale médio-atlantique: elle est donc située à l’aplomb de deux sources volcaniques.

        En effet, elle se situe au milieu de l’océan Atlantique, sur la dorsale médio-océanique qui se caractérise par l’écartement entre les plaques nord-américaine et eurasienne à raison de 2,5cm par an. Ce phénomène s’appelle la tectonique des plaques.

 

 

 

Dorsale médio-océanique à droite passant par l'Islande.

 

 

Elle forme une chaîne continue de volcans sous-marins sur 15 000 km de long. Cela créé une fissure profonde dans l’écorce terrestre permettant l’ascension jusqu’à la surface de magmas. Ce sont des matières minérales fondues qui se trouvent en profondeur à des températures supérieures à 1000°C. Les magmas les plus profonds peuvent provenir de l’asthénosphère, une couche située sous la lithosphère, à 100 ou 200km de profondeur. En remontant, le magma engendre des mouvements de convection qui sont le moteur de la tectonique des plaques.

 

 

 

 La lave qui jaillit des dorsales se refroidit rapidement au contact de l'eau et forme des structures particulières appelées coussins ou pillow-lava. Toutefois, une partie du magma n'atteint pas la surface. Il reste à l'intérieur de la croûte terrestre où il se solidifie. Ainsi il forme des roches de composition basaltique appelées gabbros. De nouvelles roches sont produites au fur et à mesure que le magma se solidifie. Elles constituent des couches de plus en plus épaisses de part et d'autre de la dorsale. D'autres éléments solides de l'océan viennent s'accumuler sur la roche volcanique et augmentent ainsi l'épaisseur de ces couches pouvant être de cent mètres. Cette accumulation de lave créé un relief de chaque côté de la dorsale qui peut atteindre la surface de l'eau par endroits. C'est le cas d'une région de l'Islande où l'on voit une partie émergée de la dorsale océanique.

 

 

 Partie émergée de la dorsale médio-océanique en Islande.

 

Cette dorsale en alimente de nombreux volcans. Mais tous les volcans formés par la remontée de magma de la dorsale océanique ne sont pas toujours émergés à la surface. On parle alors de volcans sous-marins dont l'Islande est aussi composée.

L'Islande est la principale source de lave à la surface de la Terre: elle déverse 70% de la lave sur Terre, le plus souvent sous l'eau. Tous les types de volcanismes y sont présents. Deux sont plus caractéristiques. Pour le premier, c'est le cas où la lave remonte à la surface à travers une fissure sous un glacier provoquant la fonte de la glace. Un lac apparait ensuite formé par la glace fondue. Au contact de l'eau, la lave durcit et forme un dôme. Celui-ci finit par percer la surface et les coulées de lave font reculer le glacier qui disparait alors en laissant la place à une montagne de forme rectangulaire. Ce sont des éruptions dites sous-glaciaires accompagnées de redoutables coulées de boue appelées "jökulhlaup".

Le type le plus caractéristique de L'Islande est le volcan fissural ou linéaire: une fissure de pusieurs kilomètres de long se forme et est surmontée de nombreux cratères. De ces fissures ouvertes à cause de l'écartement des plaques sont en grande partie éjectées d'importantes quantités de laves basaltiques.     

 

  

     Le soulèvement et l'émersion de la dorsale médio-atlantique résulte de la présence d'un point chaud important. Celui-ci provoque dans chaque cas la création de volcans alignés à cause de la superposition de plusieurs couches de coulées de lave basaltiques. Parfois ils éjectent des magmas plus visqueux et riches en gaz. Le point chaud est aussi à l'origine d'un alignement d'édifices volcaniques qui se succèdent du plus ancien jusqu'au plus récent. Le point chaud ne change pas de position tandis que la plaque où il se manifeste est en mouvement. Ainsi un volcan apparaît, la plaque bouge, l'alimentation de ce volcan en magma est stoppée et il meurt. Un autre volcan apparaît un peu plus loin au-dessus de la remontée de magma.

 

 

 

 Source: www.vulcania.fr

 

Le point chaud est une réserve de magma en provenance de la base du manteau inférieur et situé à 2900 km de profondeur, une zone du manteau profond à température particulièrement élevée, sans doute au voisinage de la frontière avec le noyau. Il serait à l'origine de l'ascension d'une colonne de matériaux chauds solides mais moins denses que les roches environnantes. C'est un mouvement au sein d'un fluide sous l'influence d'une variation de la température. Il monte de quelques dizaines de centimètres par an en transportant une énorme quantité de châleur. Arrivé sous la litosphère, il s'accumule et provoque la fusion partielle des roches environnantes. Le magma ainsi produit perfore périodiquement la litosphère et donne naissance à des éruptions basaltiques massives. Ces remontées de magma sont considérées comme fixes à limage d'un repère lié au centre de la Terre, indépendant du mouvement des plaques. Au fur et à mesure de l'avancée de la plaque tectonique, le panache profond crée un nouveau volcan. En suivant la chronologie, on voit que les premières éruptions sont plus intensives que les suivantes, ce qui laisserait supposer que la teneur en magma du point chaud n'est pas entièrement renouvelée après chaque éruption et ainsi diminue au fil des ans et du nombre d'éruptions déclenchées, comme l'illustre le schéma ci-dessus. Les volcans de point chaud se situent en général au milieu d'une plaque.

Un point chaud débouche sous l'Islande et y déverse une lave fluide. Les volcans de point chaud sont en général effusifs. L'Islande est le résultat de ces laves qui, en durcissant, ont petit à petit formé l'île.

L'Islande tire cependant profit de cette activité volcanique, notamment de ses sources chaudes. En effet, la capitale Reykjavik capte par exemple depuis plus d'un demi-siècle l'eau brûlante des volcans pour réchauffer et dégeler les trottoirs de la ville, assurer le chauffage et les bains des 140 000 habitants de l'agglomération, alimenter les nombreuses piscines de la ville, fournir les fermes aquacoles des environs ou les unités de séchage du poisson. Aujourd'hui, trente-quatre forages assurent près de 60% des besoins en eau chaude de la capitale et pourraient fournir au maximum 14 000 tonnes d'eau à l'heure. Les volcans peuvent donc présenter un gros avantage en matière de géothermie.

 

L'Islande a connu une activité volcanique récente ayant beaucoup fait parler d'elle: l'éruption de l'Eyjafjöll, aussi appelé dans les médias le volcan "au nom imprononçable", au printemps 2010. L'Eyjaföll se trouve sous le glacier Eyjafjallajökull de 200 mètres d'épaisseur qui culmine à 1 666 mètres d'altitude. Il se situe au sud-ouest de l'île, à 160 kilomètres au sud-est de la capitale Reykjavik. 

 

 

  Carte de l'Islande

 

C'est un stratovolcan composé d'une alternance de couches de cendres, de lave et de roches éjectées lors de ses éruptions précédentes. Agé de 700 000 ans, il n'en a pourtant connu que deux: la première autour de 550 qui a duré trois jours et la deuxième entre 1821 et 1823 qui a duré plus d'un an. Cette dernière a coïncidé avec le réveil de son voisin le Katla dont l'éruption a été beaucoup plus violente. L'activité de l'Eyjafjöll suscite donc des craintes vis à vis du katla qui pourrait de nouveau se mettre en activité et engendrer de nombreux dégâts.

Le magma qui alimente cette éruption est due au point chaud. La chambre magmatique de celui-ci s'est mise en place sous l'Eyjafjöll entre décembre 2009 et le 20 mars 2010. Le magma a alors stagné dans des sills entre cinq à huit kilomètres de profondeur environ sous le sommet du volcan. Ce stockage a provoqué le gonflement du volcan, puis deux cheminées se sont ouvertes vers la surface: l'une d'elles s'est faite sur le Fimmvorouhals et a été active lors de la première phase, la deuxième s'est faite au sommet du volcan et n'a été active que lors de la deuxième phase de l'éruption. Des séismes ont aussi été observés durant toute cette période. Dans les trois semaines précédant l'éruption, cette sismicité et cette déformation ont été importants. De plus, la profondeur des séismes avait changé, passant de 7-10 km à 4-5 km.   

 

On peut d'ailleurs voir sur ce graphique que l'activité sismique du volcan n'a pas été constante, trahissant ainsi des remontées fortes de magma. L'"intensité de ces secousses sismiques a varié pendant toute l'éruption selon les phases qu'elle a traversées. Celles-ci seront décrites dans la page suivante.

 

Rechercher dans le site

Contact

Volcan-islandais

 

 

Introduction

 

 I/ A quoi est du le volcanisme islandais

 1) Les particularités de l'Islande

2)les différentes étapes de l'éruption

II Les conséquences locales et mondiales de cette éruption

1)les conséquences locales

 2)Les conséquences mondiales

Conclusion

 

 

 

I/ A quoi est dû le volcanisme islandais?

1) Les particularités de l'Islande.

     1) Les particularités de l'Islande.           L’Islande résulte de l’activité d’un point chaud et de la dorsale médio-atlantique: elle est donc située à l’aplomb de deux sources volcaniques....

2)les différentes étapes de l'éruption

  L'Eyjafjöll était au repos depuis les années 1820.Depuis 20 ans, l'activité du volcan s'est intensifiée. En effet avant les années 1991,le volcan était très calme. Entre 2000 et 2009 il s'est produit entre une et quatre secousses par mois, puis en juillet 2009, une station météo...

II/ Les conséquences de l'éruption au niveau locale et au niveau mondiale

05/03/2011 11:31

1)Les conséquences locales

 La première phase éruptive ne s'est accompagnée d'aucun mort ni d'aucun blessé car la zone concernée par les coulées de lave et les retombées de téphras ne présentait pas d'habitations. Il n'y a pas vraiment de dégâts non plus. Pendant une journée, le lieu de l'éruption a été interdit...
06/03/2011 14:41

2)Les conséquences mondiales

     La principale conséquence a été la paralysie du transport aérien européen pendant cinq jours. A partir du 14 avril, le volcan a émis un important nuage de cendres et des vents nord/ouest l’ont fait se répandre sur toute l’Europe du Nord. Dès le 15 avril, on assiste à la...

Conclusion

20/03/2011 14:35

Conclusion

       L' Eyjafjöll est l'éruption volcanique qui a le plus fait parler d'elle durant l'année 2010. Non pas à cause de ces dégâts au niveau local mais pour ces répercussions au niveau mondial. En effet l'Eyjafjöll a été surmédiatisé en raison du nuage de cendre qu'il a...

Bibliographie

05/03/2011 11:51

bibliographie

http://fr.wikipedia.org/wiki/Eyjafj%C3%B6ll  http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2318_eruption_volcan_Eyjafjoll_Islande.php http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/volcanologie/d/en-bref-et-en-video-eyjafjoell-volcan-islandais-star-de-youtube_23422/ http://www.maxisciences.com/eyjafj

Lexique

14/03/2011 08:29

Lexique

Eruption de type fissural: c'est une éruption qui se distingue par l'ouverture d'une gigantesque fissure de plusieurs km de long de laquelle jaillissent d'énormes quantité de lave fluide.   L'hypocentre: lors d'un séisme, on désigne par hypocentre ou foyer le point de départ de la rupture...